Quel royaume, de Nohr ou d'Hoshido, gagnera la guerre qui les oppose ? Seuls vos choix sauront résoudre le conflit.
 

 :: Administration :: Parchemins :: Archivés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

STAY BACK I'M ARMED ! || Cypress

avatar
Messages : 10
Points de RP : 5
Date d'inscription : 28/08/2017
Race : Humaine
Métier : Soldat
Statistiques : Niveau : C
Expertise Épée
Maîtrise Épée : S
Expertise Dague
Maîtrise Dague : A
Expertise Shuriken
Maîtrise Shuriken : B
Nestra
Voir le profil de l'utilisateur




Cypress
Nestra
Lun 28 Aoû - 19:12

▬ ft. Midare Toushirou de Touken Ranbu

Métier : “Simple” soldat de l'armée de Nestra. Et c'est pas plus mal comme ça. Pas pour elle. Pour les autres.
Orientation Sexuelle : Attendons que ses hormones commencent enfin à travailler un peu, ça viendra plus tard.

Carnation : Laiteuse.
Taille : Le mètre soixante, qu'elle vous dira. Ce qui est faux. La dernière  fois qu’elle s’est mesurée, elle atteignait à peine le mètre cinquante-cinq. Tricheuse.
Corpulence : Fine et légère. On dirait un petit sac d'os, mais y a quand même du muscle ici et là.

Cheveux : C'est blond, c'est long, et c'est co--
Yeux : Bleus clair. Et photosensible, aussi.
Signe(s) distinctif(s) : Vous étonnez pas qu'elle puisse avoir un carnet et une carte sur elle, son sens de l'orientation et de la géolocalisation est aussi développé qu'un radis en gestation. Aussi, elle a quelques cicatrices sur l'avant-bras, mais faut pas chercher à savoir pourquoi. Ah, et, d'ailleurs, ses culottes ont généralement des motifs de --

Autre : Elle a toujours au moins une de ses épées sur elle.



Cypress
Fille de la haute bourgeoisie • Féminin • 16 ans • Épéiste • Nestra
Questionnaire• Que pensez-vous de la guerre opposant Nohr et Hoshido ?
Je m'en balle des problèmes politiques. En fait, c'est surtout, ça sert à quoi de chercher? Les Nohriens font ce qu'ils veulent. Les Hoshidiens aussi. C'est pas mon avis qui va changer quoique ce soit. Et puis de toute façon faut bien de tout pour faire un monde. Vous imaginez si y a pas ce genre de trucs ? Le monde serait bien vide. Et ennuyeux. Et ça me saoulerait un peu. Donc ouais. Que le meilleur gagne, j'ai envie de dire ... Ah, tiens, ça vous dit un pari ?

• Que pensez-vous des Laguz (Hommes-bêtes métamorphes) ?
Oh, oh, oh ! Euh ... C'est quoi eux, déjà ? Ah, ces gens-là. Euh. Ben. J'en sais rien en fait. J'y ai jamais pensé. Mais ils doivent être vachement cools, non ? Genre, ils sont capables de plein de trucs qu'on peut pas nous ? Et il y en a qui vivent plus longtemps ? La classe ! Faudrait que j'en croise un, un jour.

• Pensez-vous que les Dragons existent ?
Boarf, je crois ce que je vois. Donc peut-être. Peut-être pas. J'en sais rien. Mais apparemment y a un truc à Nohr avec des os de dragon, j'ai entendu dire. Donc c'est peut-être vrai, qui sait. Le truc c'est que même si je voudrais y aller, même avec la meilleure technique de persuasion au monde, ça passera pas avec ma famille. Et si j'y vais sans rien dire je vais me faire buter à mon retour. Donc je dois attendre l'occasion d'être envoyée là-bas, quelque chose du genre. Tch.

• Croyez-vous que les familles royales sont les descendants des dragons ?
Hein ? Quoi ? Ah, euh ... J'en sais rien. ... Pourquoi vous me regardez comme ça ? C'est vous qui arrêtez pas de poser des questions bizarres ! Et puis vous croyez vraiment que j'ai que ça à faire de réfléchir pour les autres pays ? On me remonte déjà les bretelles parce que je réfléchis jamais pour l'armée ... Revenez plutôt me voir quand j'aurai enfin commencé par ça.

• Êtes-vous combattant ?
... BIEN SÛR ! En voilà une bonne question ! Oui, bien sûr, sinon, pourquoi je serais dans l'armée nestranne ? Vous voulez voir mes armes ? J'en ai plein ! J'ai de tout : des dagues, des bâtons, des arcs ... Bon, évidemment, j'ai surtout des épées ! Vous préférez l'artisanat de quelle nation ? Personnellement, j'ai une préférence pour les épées hoshidiennes. Elles ont cet avantage à être moins lourdes et plus faciles à transporter ou à utiliser, du coup ...

• Quel rôle pensez vous pouvoir jouer en ce temps de guerre ?
Soldat pour Nestra. ... Quoi ? Vous croyez que je vais jouer les justicières ? Hey, vous m'avez vue au moins ? Ok, je suis peut-être jeune, j'ai pas l'air de pouvoir tabasser des gens, mais c'est pourtant le cas, et c'est comme ça qu'on pourrait croire que je suis pleine de surprises ... Mais, euh, poussez pas le bouchon un peu trop loin. C'est déjà une chose que je sois ici, ok ? Donc ... Ouais, je vais simplement faire ça. Suivre les ordres qu’on me donne … C’est lourd, mais au moins ça défoule.

• Êtes vous inquiets des conséquences que peuvent engendrer les batailles ?
Tant que je crève pas et que Nestra coule pas comme un poisson mort au milieu de ces [censure] par Nohr et Hoshido, ça va. Je veux dire, j'ai toute une vie devant moi, j'ai pas trop envie de la gâcher ... Je veux pouvoir toucher à bien plus d'armes que j'ai pu jusque maintenant.
StatistiquesArchétype : Guerrier
Spécialité : Épéiste
[13 pts]

Niveau : C [-2 pts = 11]
Expertise Épée
Maîtrise Épée : S [-2 pts = 9]
Expertise Dague [- 1pt = 8]
Maîtrise Dague : A [-4 pts = 4]
Expertise Shuriken [-1 pt = 3]
Maîtrise Shuriken : B [-3 pts = 0]

[0 point restant.]
Moralité de chien

Oh, comme elle est mignonne, avec son joli minois adorable, sa petite taille ! Oh, comme elle est choute, avec son sourire innocent, sa voix toute douce ! Mais dites donc, c'est que ça lui va bien ce déguisement d'uniforme ! Et avec ce sabre en bo-- ... Ah. Il est bien plus lourd qu'on y penserait à première vue, avec les jolies décorations. On dirait presque un vrai.
... C'est bien un faux, non ?  ...

Mignonne ? Adorable ? Douce ? Mensonges ! Trahison ! Disgrâce ! Ne vous laissez pas berner par cette apparence angélique que la nature lui a offerte. Cypress n'a rien d'un ange. En fait, la seule chose qu'elle aurait d'un ange serait une innocence et une naïveté accrues, qu’elle n’aurait probablement pas si elle cessait de se REBELLER. Oui. Cypress, sous ses airs de jolie fille de bonne famille, est juste une sombre idiote dont le cerveau n'a aucune utilité si ce n’est contredire.

Les armes, le combat, les blagues – surtout celles de mauvais goût – et les pommes. Voilà tout ce qui l'intéresse. A quoi bon lui serviraient toutes ces choses que sont la politesse, les bonnes manières, la courtoisie, la galanterie, et, le pire de tous, la douceur féminine, si tout cela ne servait qu'à retarder les choses, perdre du temps, et, surtout, s'ennuyer et stresser pour garder une bonne image de soi ? A rien. Parfaitement ! Cypress ne s'enquiquine pas avec toutes ces choses. Si elle veut quelque chose, elle le dit. Si quelque chose l'ennuie, elle le dit - allant parfois employer un langage vulgaire. Si ça finit par la faire [censure#2], alors elle va bien l'ouvrir, pendre sa langue comme il le faut : faisant bien comprendre à cette société débile à ses yeux que ce sont toutes ces histoires de règles sociétales qui empêchent les gens de la frapper, "parce que c'est encore une jeune fille, frêle et fragile" - ce qu'elle mériterait pourtant bien, parfois. Ce qu’elle n’aime pas, c’est toute cette retenue, alors que les choses seraient tellement plus simples si l’on arrêtait de tourner du pot.

Ce n'est pas qu'elle n'y comprend rien, ou qu'elle a été mal élevée. Il y avait bien une époque où Cypress était aussi adorable que l'on pouvait le dire. Mais cette époque remonte à bien longtemps ; bien avant qu'elle ne change d'avis sur les choses, et adopte ce caractère malpoli. Elle est juste ... bornée. Terriblement bornée, comme un de ces nombreux gamins qui, en ayant tout ce qu'ils souhaitent, prennent la grosse tête et se croient plus forts que le reste - même si, la concernant, ce n'est pas le cas. C'est en cela qu'elle est stupide.

N'écoutant pas l'avis des autres - sauf si elle se retrouve menacée ou qu'il s'agisse d'une personne qu'elle apprécie : auquel cas elle se tait. Ne s'intéressant qu'à ce qui pourrait lui rapporter quoique ce soit, ou qui puisse la concerner directement. Cypress pourrait être si intelligente, si cultivée, si elle ne réduisait pas autant ses centres d'intérêt. Pour quelles raisons ? La fainéantise. La facilité. Chose assez paradoxale pour une personne se plaignant souvent d'être ennuyée. Mais c'est un fait.

Cypress se repose sur ses lauriers, sur ses acquis. Peut-être à tel point que son corps lui même en est affecté, celui-ci ayant encore l'air de celui d'une gamine. Elle essaie pas vraiment de connaître le monde, les gens, sauf si elle a une quelconque raison de le faire. La curiosité basée sur rien de particulier n'existe pas vraiment, chez elle ... Elle n'essaie même pas d'agrandir ses horizons. Littéralement, par ailleurs : elle n'a aucun sens de l'orientation. Sa carte, son carnet : tout ça c’est pour se retrouver, dessinant des minis cartes dans le carnet, apportant ses propres notes – qui, au passage, sont étrangement propres contrairement à son caractère.

Si seulement elle mettait du sien, et cessait de se braquer, peut-être qu’elle s’épanouierait et deviendrait une jeune femme belle et adulée de tous. Si seulement elle cessait de faire l’enfant et des caprices, peut-être qu’elle irait bien mieux et pourrait enfin grandir.
Histoire d'une imbécile

Voilà que dans le château Castiglione, une porte s’ouvrit. Une figure plus petite que ce à quoi on pourrait s’attendre apparut … Une figure d’enfant. En fait, ce n’était pas vraiment sa  taille qui était enfantine. Il y avait bien des femmes dans l’armée nestranne à avoir cette taille. C’était son visage qui était enfantin. Comparable à celle d’une adolescente … Ce qui est tout à fait normal, en fait.
C’est bel et bien une adolescente, après tout.

De longs cheveux blonds, de beaux yeux bleus, un joli visage au sourire enfantin – voire farceur -, et … un uniforme. Personne ne lui a jamais demandé pourquoi – ce n’est pas non plus comme s’ils pouvaient lui demander, au vu de son caractère – mais étrangement, Cypress portait toujours une sorte d’uniforme, toujours différent, lorsqu’elle n’était en congé. Étrangement aussi, elle faisait bien attention à ne pas les salir et les porter comme il se doit – ce qui était en opposition totale avec ses tendances à salir et déchirer ses autres vêtements sans y porter d’importance, ou encore même les quelques fois où elle se déshabillait sans aucune gêne. “D’où je devrais être gênée ? On m’accuse parfois d’être en vrai un garçon, et puis c’est pas comme s’il y avait quoique ce soit à voir de toute façon”, qu’était son excuse.
Difficile en ayant ce genre de réponse qu’elle vient, en vérité, d’une famille de la haute bourgeoisie, ayant construit sa grandeur autour de la forge, puis du textile, au fil des générations.

Une chose nullement étrange de sa part, par contre, c’était qu’elle avait, comme à son habitude, une de ses dizaines d’épées à la hanche – cette fois-ci, il s’agissait d’une simple épée courte en fer. Là encore, personne ne voulait la déranger avec ça – surtout étant donné qu’en faisant ainsi, quiconque osant faire cela était bien parti pour passer l’heure suivante à discuter armes avec cette folle à lier. Elle était entourée d’armes et d’armures toute sa jeunesse, aussi ses connaissances dans le domaine étaient aussi vastes que ses connaissances dans le reste étaient moindres.

Mais que faisait-elle là ? Tout le monde se réunissait ailleurs pour s’entraîner, et voilà que la gamine – qui était probablement une des plus jeunes de l’armée nestranne, voire même tout bonnement la plus jeune – disparaissait ailleurs. En fait … Ce n’était pas la première fois qu’elle ne suivait pas les règles. Allant parfois piquer de la nourriture au milieu de la nuit, ne respectant pas les horaires  pour se présenter ; allant même frapper l’entrejambe de ses partenaires d’entraînement de son pied, ou encore leur lancer son arme en bois dans la tronche. Elle était clairement infernale et imprévisible. Il était même arrivé qu’une fois, celle-ci jette son arme, donne un coup de poing au menton de son adversaire, pour ensuite lui voler la sienne – et achever le match par la même occasion. Mais une chose était indéniable.
Cette peste avait, hormis ses quelques actions déloyales et peu nobles, un style de combat et une prestance respectable : ne faisant généralement qu’un avec son arme. Le résultat de plusieurs heures d’entraînement et d’avoir touché à toutes ces lames blanches dès sa plus tendre enfance … Qu’elle pense aujourd’hui, de ce fait, suffisant de se présenter que de temps en temps aux entraînements pour ne pas rouiller. Elle aimait bien se défouler, mais devoir le faire avec les mêmes personnes, avec les mêmes parades, les mêmes habitudes, et surtout à des moments très précis et avec des limites imposées ne lui plaisait pas. Enfin. Elle n'est pas là ... Quand elle arrive à les fuir …

Il ne s’agissait que d’une simple salle, petite, sans grande importance – sans doute destinée à l’usage des serviteurs. Pas très bien éclairée, mais suffisamment apparemment pour la turbulente, celle-ci jetant ses fesses sur la table, balançant ses jambes dans le vide, après avoir vérifié que personne n’était présent. Tout cela … Pour sortir de la porte de sa veste une lettre. Non, deux, même : une de son frère, et une de sa mère. Étant donné qu’elle n’a jamais aimé finir les choses sur une note trop amère pour elle, elle décida de commencer celle de sa mère ; sortant de son autre poche de veste une dague pour l’ouvrir.

Salutations à toi, Cypress.

Ugh. A peine elle commençait à lire qu’elle avait déjà envie d’y mettre le feu, l’enterrer et faire pousser des fleurs dessus. Des géraniums, de préférence. Pour ensuite les brûler. Et les enterrer. Et ainsi de suite.

Ton père et moi espérons que tout va bien à Cyrkensia. Nous avons entendu parler un peu de toi par Almond. Il dit régulièrement recevoir tes lettres, dans lesquelles tu lui fais part de ton quotidien.

“Tu parles de dire, c’est plutôt “forcé à avouer”, non?” que pensa la jeune épéiste, mais elle se contenta d’un soupir irrité, avant de continuer.

Nous sommes très honorés et fiers d’apprendre que ta place à l’armée t’apporte de l’expérience et beaucoup de joie de vivre ; de même que tes capacités au combat soient reconnues. Cependant, nous avons ouie dire que ta place en son sein même restait tout de même mineure, avec, pour cause, ton comportement indigne d’un soldat.

Ah, voilà que ça commençait encore. La raison pour laquelle Cypress ne souhaitait pas lire les quelques lettres qu’elle reçoit de ses parents depuis son arrivée à l’armée il y a quelques temps : les reproches quant à sa position dans l’armée. Ses parents ne voulaient pas du mal, mais être autant accrochés et aveuglés par le désir de voir leur famille prospérer dans la gloire ne faisait que l’exaspérer.
Il est vrai qu’avec son potentiel, son talent, il lui suffirait que d’un peu de sérieux et d’ambition pour être considérée et respectée malgré son âge. Elle avait, après tout, compris depuis bien longtemps que pour savoir se battre, il fallait certes de la force, mais surtout de la ruse. Mais réfléchir au delà du combat n’était tout simplement pas fait pour elle. Surtout en temps de guerre comme aujourd’hui. Cela lui convenait donc très bien que d’être la naine, peut-être la mascotte de service, et de rester ainsi. Le seul désavantage à rester à un bas échelon, c’est ce sont les ordres – et les punitions, dans son cas – qu’elle pouvait recevoir. Mais si cela lui permettait d’éviter un nombre incroyable de responsabilités, elle s’en tiendrait ainsi.

Les conditions restent les mêmes, Cypress. Si, à partir de tes dix-huit ans, ton envoi à l’armée ne porte ses fruits, le rôle d’épouser un homme d’ne famille noble ou de la haute bourgeoisie t’incombera de nouveau. Nous ne voulons aucunement t’imposer cela, hélas, pour la fam--

Un bruit de froissement, suivi d’un grognement. Toujours le même blabla, la famille par ci, et vas-y qu’on va te marier par là. Toujours le même discours, qui, honnêtement, lui donnait encore moins envie de faire des efforts. Mais, si elle ne faisait pas ça, alors son passé – ses quelques années d’éducation stricte sur les manières et autres choses barbantes sociétales – la rattraperait.
Elle savait qu’elle devait travailler. Qu’elle devait mûrir. Elle peut juste … pas.

Fourrant la lettre dans sa poche, ne cherchant pas à lire le reste – de toute, le reste n’était que contradictions, essayant de la rassurer quant à leur affection, mais rappelant tout de même l’importance de leur nom – Cypress ouvrit, cette fois-ci, la lettre de son frère. Ce n’était pas parce qu’elle l’aimait beaucoup ou quoi, mais ses propos étaient, dans tous les cas, bien plus agréables à lire, et surtout, bien plus francs, honnêtes, et réconfortants. Son écriture était, elle aussi, beaucoup plus lisse et douce. Pleine de bonnes intentions ; typique de ce grand-frère de plus de dix ans qu’elle, qui l’a toujours couverte de cadeaux et d’affection. D’ailleurs, c’est grâce à lui qu’elle était là à présent, qu’elle s’était intéressée aux armes, après qu’elle ait été toujours collée à sa jambe durant sa plus tendre enfance.

Bonjour, Cypress !

Comment vas-tu ? J’espère que tu passes, encore et toujours, du bon temps à Cyrkensia. Manges-tu à ta faim ? As-tu besoin que je t’envoie des vêtements ? De l’argent ? Cela doit peut-être t’ennuyer de lire dans chacune de mes lettres ces mots, mais, encore une fois, tu peux, sans hésiter, me faire part de tous tes besoins. De même que, si besoin, il m’est toujours possible de venir te rejoindre pendant quelques temps, ou que tu passes par le manoir. Préviens moi dès que possible si tel est le cas.


Almond exagérait. Il n’y avait que quelques heures entre Cyrkensia et le petit village dans lequel Cypress était née et avait vécu la majorité de son enfance. Mais c’était justement cette attention exagérée qui faisait lui. Elle ne le réalisait pas au départ, mais c’est avec les années qu’elle comprit à quel point son affection pouvait être étouffante – même carrément lourde. Même si cela pouvait se justifier. Elle était sa “seule et unique petite soeur chérie”. Ce qui valut quelques rumeurs au sujet d'un possible inceste ... Mais là n'est pas le problème.
Elle continua. Le reste consistait en l’explication des derniers jours dans le quotidien de son frère : rien d’incroyable, que de l’habituel – si on mettait de côté le fait qu’il avait enfin réussi, coureur de jupons qu’il puisse être, inviter une fille au thé. Une gloire qui dura que quelques jours. Idiot.
Cependant, un paragraphe était différent …

Je suis désolé si, les jours précédant – ou suivant – cette lettre, tu reçois de nouveau des avertissements de la part de nos parents. Je vais garder cela très court : je n’en avais pas le choix. Même si je souhaite ne pas m’en inquiéter, et te fait confiance, le jour de tes dix-huit ans approche à grand pas. Je ne peux m’empêcher de le voir approcher avec peur : la peur que tu sois condamnée à une vie qui ne te plaît guère. C’est pourquoi, je t’en prie, Cypress : pour nos parents, pour moi … Prends soin de toi.

Ton très cher grand frère,
Almond.


Le regard bleuté de la guerrière fixait ces mots. Neutre. Elle commença à s’allonger sur la table, les jambes toujours pendues. Puis à rouler dessus. Faisant une pause sur le ventre. Puis sur le côté. Puis sur le dos. Elle gonfla ses joues.

Abruti.

Cypress rangea délicatement la lettre dans sa poche intérieure de veste … Au moment où entendit des voix plus loin, en provenance de dehors. Elle roula alors de la table – ou plutôt qu’elle se fracassa au sol par surprise. Les fesses en premières.

ET MERDE !

C’était plus fort qu’elle, il fallu qu’elle crie une injure ; toujours avec ce langage malpoli qui lui était propre. Si propre et caractéristique qu’évidemment, cela eu pour effet que les voix à l’extérieur s’élevèrent. Ah. On la cherchait. Ah. On avait désigné deux personnes pour aller la trouver. L’heure était à la chasse au lapin, apparemment.
Et le lapin s’était grillé tout seul.

Rampante, avant de se mettre à quatre pattes, pour ensuite se lever et courir là où on ne pourrait pas la trouver : profitant de son agilité, la petite bête partit comme une gazelle se trouver une nouvelle cachette - sortant maladroitement son carnet de sa poche, bousculant quelqu’un au passage.

Laissant alors tomber le chiffon qu’était la lettre de ses parents.

Derrière le Masque

Pseudo Utilisé sur les Forums (PUF) : (ಠヮಠ)
Âge : 19 balais, ohoho
Sexe : "Féminin avec une voix d'ado qui a pas muée", je crois que j'avais écrit ça la première fois.
Comment avez-vous connu le forum ? HinatAH !
Qu'en pensez vous ? ヽ( ͡° ͜ʖ ͡°)ノ


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 49
Points de RP : 120
Date d'inscription : 27/06/2017
Race : Humain
Métier : Vassal
Seigneur : Takumi
Statistiques : - Niveau : B
- Maîtrise Epée : S
- Expertise Epée
Vassal de Hoshido
Voir le profil de l'utilisateur




Hinata
Vassal de Hoshido
Lun 28 Aoû - 19:25
AH

ce feat est un trap

magicarpe

Sinon Cypress est cool, beaucoup de mordant à l'intérieur d'un petit corps Elle est choute mdr

_________________

Takumi Ouji Team
I remembered how happy you looked while you were cheering me on last time. I gave it all I had so I could make you proud! Since you couldn't fight, I figured the next best thing was watching me win! + Hinata to Takumi

(c) blue walrus.

Hinata défonce des tympans en #78585b
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 278
Points de RP : 2147483647
Date d'inscription : 28/04/2017
Race : Dieu
Métier : Maître du Jeu
Terres : Partout et nul part à la fois
Créateur du Monde
Voir le profil de l'utilisateur




Maître du Jeu
Créateur du Monde
Mar 12 Sep - 13:23
Tu es validé(e) !

Félicitations, tu es validé(e) !

Ton avatar, ta classe, ton métier et ta race ont été automatiquement recensés. Nous te conseillons d'aller te rendre dans le sous-forum des demandes afin de trouver un RP à faire. Il est aussi conseillé de poster une fiche de relation.

Bon rp sur Fire Emblem Fates : Faith !


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem Fates : Faith :: Administration :: Parchemins :: Archivés-
Sauter vers: