Quel royaume, de Nohr ou d'Hoshido, gagnera la guerre qui les oppose ? Seuls vos choix sauront résoudre le conflit.
 

 :: Administration :: Parchemins :: Archivés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yoshio ▬

avatar
Messages : 11
Points de RP : 310
Date d'inscription : 12/07/2017
Race : Humaine
Métier : Marchand/Soldat
Statistiques : - Niveau : B
- Maîtrise Épée : S
- Expertise Épée
- Monture : Cheval
Hoshido
Voir le profil de l'utilisateur




Yoshio
Hoshido
Mer 12 Juil - 23:53

▬ ft. Alibaba de Magi

Métier : Marchand
Orientation Sexuelle : Hétéro

Carnation : Blanc
Taille : 170cm
Corpulence : Musclé

Cheveux : Mi-long, blonds
Yeux : Dorés
Signe(s) distinctif(s) : Boucles en or aux deux oreilles.

Autre : L'or lui file entre les doigts comme de l'eau !



Yoshio
Sans Titre • Homme • 20 ans • Épéiste • Hoshido
Questionnaire• Que pensez-vous de la guerre opposant Nohr et Hoshido ?
Son père ayant servi l'armée d'Hoshido, son éducation veut qu'il haïsse Nohr et prie pour la victoire d'Hoshido dans cette guerre. Il a d'ailleurs été à l'école militaire afin de défendre son pays envers et contre tout. Mais depuis qu'il est marchand, il est presque certain que ses affaires fonctionneraient bien mieux s'il pouvait marchander avec les Nohriens ...
• Que pensez-vous des Laguz (Hommes-bêtes métamorphes) ?
Yoshio ne pense pas grand chose des Laguz. Ils les considèrent comme des égaux mais n'en a que rarement croisé dans sa vie. Mais si des Taguels viennent s'installer vers chez lui un jour, ça l'arrangerait pas mal - ce sont de bons consommateurs de carottes n'est-ce pas ?
• Pensez-vous que les Dragons existent ?
Bien évidemment ! Son enfance a été bercé de contes et des légendes sur ces créatures mythiques. Et ces histoires doivent bien venir de quelque part ...
• Croyez-vous que les familles royales sont les descendants des dragons ?
Yoshio ne se prononcera pas concernant la famille royale de Nohr mais il est sûr et certain que c'est le cas pour la famille royale d'Hoshido. Ils ne seraient pas héritiers d'armes divines, autrement.
• Êtes-vous combattant ?
Bien qu'il ait du quitter l'armée pour aider sa mère et ses sœurs dans leur entreprise familiale, Yoshio a été à l'école militaire : il est donc un combattant hors pair, spécialiste de l'épée. Il a prouvé plus d'une fois la finesse de sa lame.
• Quel rôle pensez vous pouvoir jouer en ce temps de guerre ?
S'il est appelé aux armes, Yoshio n'hésitera pas une seule seconde à brandir son épée. Ses talents d'épéistes en font un très bon élément, appréciant se battre en première ligne.
• Êtes vous inquiets des conséquences que peuvent engendrer les batailles ?
Yoshio craint évidemment les pertes humaines, que ce soit soldats ou villageois et ce dans les deux camps. De son avis, la population ne devrait pas souffrir des altercations politiques entre deux pays.
Statistiques
Archétype : Guerrier
Spécialité : Épéiste
- Niveau : B
- Maîtrise Épée : S
- Expertise Épée
- Monture : Cheval

Points restants : 5

(- 2pts monture ; -2 pt augmentation niveau de maîtrise ; -4 pts augmentation niveau)
Moralité

Yoshio, ce n'est pas forcément un garçon original. Des comme lui, il y en a de nombreux partout dans le monde. S'il en est conscient, ça ne le dérange pas outre mesure. Bien qu'il brille par sa jovialité et son éloquence, ce n'est pas quelqu'un qui aime être le centre de l'attention. Sans être timide, il n'aime pas forcément être mis sur un piédestal. C'est une personne simple qui ne s'encombre pas de frivolités, qui ne cherche pas à être quelqu'un d'autre. Le contraire serait d'ailleurs difficile : nous pouvons lire en lui comme dans un livre ouvert. Parfaitement honnête dans ses sentiments comme dans ses ressentis, son franc-parler est apprécié tout autant qu'il est détesté – et sa maladresse n'est pas toujours sa meilleure alliée, ce qui a tendance à lui causer pas mal d'ennuis. Néanmoins, Yoshio est toujours le premier à avouer ses fautes et a accepté d'en payer les conséquences. Sa mère l'a élevé sous le précepte du « faute avouée, faute à moitié pardonnée » et il a eu plus d'une fois l'occasion de valider cet adage. La vérité apporte toujours plus de satisfaction qu'un tissu de mensonges.

Le jeune marchand est animé d'une loyauté sans faille envers sa nation et la famille royale. Bien qu'il regrette de ne pouvoir être au service de l'un de ses membres, il est prêt à brandir son épée au premier appel aux armes. Mourir pour Hoshido ne lui fait pas peur – ce serait même un honneur de tomber pour elle. Il ne se passe pas un jour sans qu'il ne regrette d'avoir raccroché l'épée et fait une croix sur ses objectifs. Néanmoins Yoshio continue d'espérer pouvoir intégrer l'armée et prouver sa valeur sur le champ de bataille – même si, pour cela, il serait obligé d'abandonner l'entreprise familiale. Homme d'honneur, le blond ne peut se résoudre à laisser sa famille dans l'embarra, ce qui l'a plongé dans le dilemme qui le torture depuis son départ de la cour. Une partie de lui désire plus que tout protéger Hoshido de la vermine nohrienne, tandis que l'autre considère que sa place est auprès des siens. Combien de temps écoutera-t-il la deuxième voix dans sa tête avant décider de reprendre les rênes de sa vie à pleine main ?

Plutôt maladroit quand il ne s'agit pas d'agiter son épée, Yoshio n'est doué ni de sa langue, ni de ses mains. Pourtant quelqu'un de très cultivé, il a du mal à s'exprimer posément et avec délicatesse quand il est sujet au stress. Les mots se mélangent dans sa bouche et il recrache presque systématiquement des phrases sans queue ni tête. Heureusement, ça ne lui arrive pas tout le temps : du moment qu'il connaît son sujet, Yoshio n'a pas la moindre difficulté. Il pourrait pinailler des heures durant sur les conflits entre Hoshido et Nohr sans que sa langue ne fourche une seule fois. Au marché cependant, il est incapable de vendre ses produits de façon intelligible, ce qui explique le peu de vente qu'il réalise malgré la qualité de sa marchandise. De même, bien qu'il ait apprit les mathématiques à la cour, il peine à réaliser rapidement les calculs les plus simples. Ainsi, il s'est récemment procuré un boulier qui lui facilite drôlement la tâche : encore faut-il que les clients aient la patience qu'il s'en serve !

Très romantique, il rêve de vivre une histoire d'amour aussi belle que ses parents. Malheureusement, ses soucis d'élocution et ses manières maladroites ne plaisent pas autant aux filles qu'il ne le croyait. Malgré la réputation de feu son père et les années passées à étudier à la cour du château Shirasagi, il n'a pas la grâce ou l'élégance de la plupart de ses pairs. Ce n'est pas non plus sa taille plutôt moyenne et la banalité de son physique qui jouent en sa faveur. Ainsi, Yoshio se traîne une réputation de lourdeau qui ne sait s'adresser correctement aux femmes. De quoi réduire ses chances de se marier un jour à quelques ridicules pourcents. Au sein du marché, son impopularité auprès des filles est devenue légendaire. Il est loin, très loin le portrait de famille parfait dont il rêve depuis sa plus tendre enfance. Et ce n'est malheureusement pas la vieille carne qui lui sert de cheval qui va lui permettre de reverser la tendance : Yukimaru est tellement vieux qu'il a des tendances incontinentes …

Pourtant, Yoshio est un chic type et un ami fidèle sur qui nous pouvons compter. Intrépide bien que conscient de ses faiblesses, c'est un allié de taille qui ne laissera jamais personne tomber. Bien qu'il éprouve des ressentiments pour les nohriens suite au décès de son père, il est incapable de les assassiner de sang-froid, ne privilégiant jamais la mise à mort à une autre alternative plus pacifiste. Cependant, s'il se retrouve un jour face à l'assassin de son père ou celui de feu son roi, il n'est pas certain de pouvoir respecter ses engagements ...

Histoire

Le marché de la capitale d'Hoshido, établi au pied du château Shirasagi, a toujours attiré les foules de part sa grandeur et la diversité de ses produits. Marchands, villageois et seigneurs se mêlent dans une cacophonie joyeuse et détendue, affranchis des valeurs sociales le temps de quelques emplettes. La dernière fois que Nagato y avait mit les pieds, il n'était encore qu'un enfant. Né dans le quartier le plus pauvre de la capitale, la faim et le désespoir le forçait à chaparder chaque jour son déjeuner, s'attirant les foudres des marchands. Il aurait sûrement continué ainsi toute sa vie durant s'il n'avait pas croisé la route du prince Sumeragi alors qu'il fuyait les bras encombrés de son butin. Décidé à prouver son courage, il avait tiré son épée sans réfléchir aux conséquences : cet acte fut celui qui le sauva de la pauvreté. Impressionné par le courage et la dextérité de Nagato, Sumeragi l'avait invité à la cour, désireux de faire de lui son vassal. Pour un enfant pauvre comme lui, il s'agissait là de la meilleure chose qu'il puisse lui arriver.

Occupé par ses nouvelles fonctions et par les nombreux raids nohriens, Nagato n'avait pas remis les pieds au marché avant ce jour. Avec ses yeux d'adulte, il redécouvre la beauté des étalages colorés et l'organisation des marchands acharnés. Si chacun des commerçants met du cœur à l'ouvrage, c'est pourtant sur cette jeune fille frêle aux cheveux de paille que s'arrête le regard fasciné de Nagato. Irie est une beauté simple, discrète, constamment souriante. Désireux de faire plus ample connaissance avec elle, le jeune vassal débute une cour timide et gauche malgré lui. D'abord intimidée par cet homme plus âgé et si proche de la famille royale, Irie fini cependant par céder à ses avances maladroites, charmée par son humilité et sa simplicité. Ainsi s'enchaînent pique-nique romantiques et balades en forêt jusqu'au jour où, fort de son courage et de sa passion, Nagato demande Irie en mariage pour le meilleur et pour le pire. Ils prononcèrent leurs vœux sur la place publique quelques semaines plus tard, se promettant amour, soutien et fidélité devant leur famille et leurs amis, plus heureux que jamais.

Le premier fils, Yoshio, naît l'année suivant leur mariage. Aussi blond que sa mère, il hérite cependant de la témérité de son père. Tout petit déjà, il présente une fascination pour les armes de son père et un fervente envie de défendre sa nation. Ainsi, et ce malgré les craintes de Irie, Nagato initie son fils aux arts de la guerre. A six ans seulement, le garçon manie habilement son épée d'entraînement et monte à cheval comme un adulte. Voyant son père comme un modèle, il marche dans ses pas avec enthousiasme, bien décidé à servir la famille royale à son tour. Néanmoins, il n'a pas huit ans quand le roi Sumeragi trépasse suite à un piège tendu par le souverain de Nohr, Garon. Si Nagato survit, la mort de son seigneur et l'enlèvement de la princesse pèse lourdement sur ses épaules. Diminué par la disparition de sa jambe gauche, il est forcé de prendre sa retraite militaire. Rongé par la culpabilité de ne pas avoir pu sauver Sumeragi, Nagato place l'intégralité de ses espoirs sur les épaules de son fils. Yoshio doit devenir le soldat qu'il n'a su être. Yoshio doit défendre la famille royale mieux que lui n'a su le faire. Yoshio doit devenir le bras armé le plus vaillant d'Hoshido. Devenir l'épée et le bouclier de sa patrie.

Yoshio entre ainsi à la cour d'Hoshido grâce à la réputation de son père. Admis à l'école militaire au milieu de nombreux fils et filles de bonnes familles, il rencontre des débuts difficiles. Ses parents ainsi que ses sœurs lui manquent, ses cours sont fatigants, ses camarades l'impressionnent. Mais il refuse de se laisser abattre et redouble d'effort, bien décidé à prouver sa valeur. Ainsi, Yoshio apprend la lecture, l'écriture, les mathématiques, l'histoire, la géographie, l'équitation et l'art de la guerre au sein du château Shirasagi. Élève impliqué et passionné, il ne se laisse pas distancer par ses camarades et démontre rapidement des capacités impressionnantes à l'épée, fruits de ses nombreux entraînements avec son père. Il est ainsi rapidement nommé plus fine lame de sa promotion, ce qui le rend vraiment très fier. Néanmoins, Yoshio n'a pas le temps de s'en réjouir car il apprend quelques jours plus tard la mot de son père, tué lors d'une altercation avec des escouades nohriennes aux abords de l'abîme éternelle. Si la peine lui broie le cœur, elle devient le moteur de sa volonté : il vengera son souverain, vengera son père et ramènera la paix en Hoshido, dusse-t-il lutter toute sa vie dans ce but.

Dès lors, Yoshio ne vit plus que dans le but d'atteindre ses objectifs. Son temps libre, il ne l'occupe plus à flaner dans les rues de la capitale ou à conter fleurette aux belles demoiselles mais à s'entraîner, encore et encore, décidé à parfaire ses techniques et augmenter sa maîtrise de l'épée. Son but ? Se faire remarquer par un membre de la famille royale, devenir le vassal de l'un d'eux. Sa vie, il désire la dédier à son seigneur, à sa patrie. Comme son père avant lui, Yoshio est décidé à brandir son épée pour Hoshido et à pourfendre la vermine qui désire lui nuire. Plus que jamais, il s’investit dans ses études et dans son entraînement. Même si les mathématiques ne l'intéressent pas, il refuse de s'en passer : il doit mettre toutes les chances de son côté s'il désire devenir un vassal. Son père lui a souvent dit qu'être vassal ne signifiait pas seulement être le protecteur de son seigneur mais également un allié, un soutien, voire un ami. Pour épauler au mieux un membre la famille royale, il ne faut pas seulement savoir se battre mais aussi savoir le conseiller et le mettre sur la bonne voie. Et pour cela, il faut être cultivé.

Pourtant, tous ses rêves partent en fumée quand il apprend dans une missive de l'une de ses sœurs que sa mère, rendue aveugle par la maladie, n'est plus en mesure de tenir leur boutique. Personne parmi ses frangines n'étant en mesure de la remplacer, elle réclame donc son retour à la maison pour reprendre l'entreprise familiale. Dévasté, Yoshio n'a pourtant pas d'autre choix que de raccrocher l'épée : sa mère et ses sœurs ont besoin de lui. En tant que seul homme de la famille, il est de sa responsabilité de prendre soin d'elles. Il renonce ainsi ses rêves et ses objectifs, abandonnant Shirasagi et la cour pour le marché et les légumes. Il essaie bien de convaincre ses sœurs de reprendre elles-même la boutique, mais c'est impossible : soit elles sont mariées, déjà occupées par leur famille, soit elles travaillent déjà dans les champs, soit elles sont trop jeunes. Si elles l'ont rappelé à la maison, c'est parce qu'il représente leur dernier espoir : puisqu'il a appris les mathématiques à la cour - contrairement à elles – il est le seul en mesure de faire tourner leur affaire.

Néanmoins Yoshio se relève être un piètre marchand : manier une lame est bien plus facile que de scander les prix des fruits et des légumes. Maladroit et déboussolé, il rentre souvent qu'avec quelques rares pièces en poche – quand ce n'est pas complètement bredouille. Incapable de faire tourner convenablement la boutique, Yoshio est forcé de piocher dans ses économies personnelles ainsi que dans la pension de son père. Une situation qui ne lui plaît guère, d'autant plus que sa mère requiert des soins coûteux. Ainsi, il est obligé de se tourner vers quelques seigneurs, réclamant un petit pécule contre des services, promettant cependant de les rembourser dès que l'occasion se présentera. Mais le monde la finance est trop cruel pour un néophyte comme lui et bientôt, Yoshio se retrouve avec tellement de prêts sur les épaules qu'il ne sait plus où donner de la tête. Incapable d'avouer la vérité à ses sœurs, il se complait tant bien que mal dans ses magouilles, souffrant souvent de la faim – il préfère encore rater un repas que prendre le risque d'user une seule pièce d'or. Il refuse pourtant de s'abaisser au vol ou autres formes de couardises, décidé à rester un honnête homme malgré ses nombreux soucis financiers.

Malgré les obstacles qui se dressent sur son chemin, Yoshio continue d'espérer un jour servir la famille royale comme il l'a toujours rêvé, dusse-t-il pour cela croiser le fer avec l'armée nohrienne. Son avenir, il ne le conçoit pas bloqué derrière sa charrette de marchand, mais bel et bien aux côtés de ses seigneurs à lutter pour la paix en Hoshido.

Derrière le Masque

Pseudo Utilisé sur les Forums (PUF) : Moona Neko
Âge : 22 ans
Sexe : Féminin
Comment avez-vous connu le forum ? Via un partenariat
Qu'en pensez vous ? #teamleo Je ne pouvais que craquer pour un forum Fire Emblem donc je ne sais pas si je suis objective ... mais je le trouve très joli en tout cas ! ( ^∇^)/


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 6
Points de RP : 624
Date d'inscription : 10/07/2017
Visiteur d'un autre monde
Voir le profil de l'utilisateur




Daraen
Visiteur d'un autre monde
Jeu 13 Juil - 12:24
Coucou,
Aucun soucis pour tes stats tu as très bien compris le système. =D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 278
Points de RP : 2147483647
Date d'inscription : 28/04/2017
Race : Dieu
Métier : Maître du Jeu
Terres : Partout et nul part à la fois
Créateur du Monde
Voir le profil de l'utilisateur




Maître du Jeu
Créateur du Monde
Mar 18 Juil - 20:16
Tu es Validé !

Félicitations, tu es validé !

Ton avatar, ta classe, ton métier et ta race ont été automatiquement recensés. Nous te conseillons d'aller te rendre dans le sous-forum des demandes afin de trouver un RP à faire. Il est aussi conseillé de poster une fiche de relation.

Bon rp sur Fire Emblem Fates : Faith !


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem Fates : Faith :: Administration :: Parchemins :: Archivés-
Sauter vers: