Quel royaume, de Nohr ou d'Hoshido, gagnera la guerre qui les oppose ? Seuls vos choix sauront résoudre le conflit.
 

 :: Administration :: Parchemins :: Archivés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Akame, Poing Éternel d'Hoshido

avatar
Messages : 15
Points de RP : 80
Date d'inscription : 21/06/2017
Age : 16
Race : Laguz
Métier : Daimyo
Terres : Province de Suzanoh
Statistiques : - Niveau : B
- Maîtrise Physique : S
- Maîtrise Magique : E
- Maîtrise Aérienne : D
- Résistance Physique
- Résistance Arc
- Résistance Feu
- Résistance Vent
- Résistance Noire
- Résistance Blanche
- Don : Combat à mains nues
Daimyo
Mer 28 Juin - 18:48

▬ ft. Morgiana de Magi, the Labyrinth of Magic

Métier : Daimyo
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle aromantique

Carnation : Très pâle
Taille : 151 centimètres
Corpulence : Exagérément mince, elle n'a aucune musculature visible. Mais il ne faut pas se fier aux apparences...
Masse : 51 kilogrammes

Cheveux : Longs cheveux roses
Yeux : Roses
Signe(s) distinctif(s) : Akame est exagérément forte et agile malgré son frêle gabarit. Elle est toujours habillée modestement et arbore la plupart du temps un regard dur. Elle porte aussi des "bracelets" avec des chaînes, rappelant les esclaves si l'on omet les gemmes rouges qui les décorent.

Autre : Presque tout le monde la craint malgré des rumeurs comme quoi il ne faudrait pas se limiter à son air dit "terrifiant". Sa force de frappe, sa maîtrise des arts martiaux et son agilité en feront pâlir plus d'un.



Akame
Daimyo de Suzanoh • Femme • 1376 ans • Manakete rose • Métisse Manakete (Rouge&Blanche)
Questionnaire• Que pensez-vous de la guerre opposant Nohr et Hoshido ?
Ces Nohriens ! Nous attaquer parce qu'ils n'ont pas de nourriture... S'ils en voulaient, on aurait pu trouver un arrangement diplomatique, mais non ! Tout ça parce que ces ordures ne savent parler qu'avec leurs poings ! Ils sont un bon exemple de ce genre d'humains qui me fait désespérer quant à l'humanité...
• Que pensez-vous des Laguz (Hommes-bêtes métamorphes) ?
J'en pense qu'il est honteux que les humains les traitent comme des êtres inférieurs, heureusement toutefois, certains ont assez de lucidité pour comprendre qu'ils sont égaux. Après, pour nous, Manaketes, si nous sommes en réalité atteints de la même stupidité que l'espèce humaine, c'est que nous sommes tombé bien bas...
• Pensez-vous que les Dragons existent ?
Vous moquez-vous de moi ? Vous osez me faire perdre mon précieux temps alors que vous connaissez d'avance ma réponse ? J'ai du travail à faire, et si vous étiez un de mes soldats, je vous aurais déjà vite remis à votre place.
• Croyez-vous que les familles royales sont les descendants des dragons ?
Peu m'importe. En tout cas, si c'est réellement le cas de Garon et sa famille, c'est alors un sacré gâchis de pouvoir... Moi ? Mais je ne fais que protéger ce à quoi je tiens et honorer un testament, et non attaquer mon voisin pour me nourrir.
• Êtes-vous combattant ?
Évidemment.
• Quel rôle pensez-vous pouvoir jouer en ce temps de guerre ?
Aucun ennemi ne passera par ma province ni n'en ressortira vivant.
• Êtes vous inquiets des conséquences que peuvent engendrer les batailles ?
Je ne souhaite jamais la mort des gens, même les ennemis. Je les tue sans scrupule parce que c'est nécessaire, point. Tant pis pour mon intégrité, je tiens à remplir mon devoir comme personne ne l'aura jamais rempli à travers l'histoire d'Hoshido.
StatistiquesRace : Laguz Manakete (Rose)

- Niveau : B (Offert)
- Maîtrise Physique : C (Offerte)
- Maîtrise Magique : C (Offerte)
- Maîtrise Aérienne : C (Offerte)
- Résistance Physique (Offerte)
- Résistance Arc (Offerte)
- Résistance Feu (Offerte)
- Résistance Vent (Offerte)
- Résistance Noire (Offerte)
- Résistance Blanche (Offerte)

Points de base : 0
Points gagnés : 0
Points dépensés : 0

Points restants : 0
Moralité

Pour être honnête avec vous, je suis quelqu'un de nature très sentimentale et fragile. Mais vers 500 ans, je suis devenu très rationnelle, bien que je ne veuille pas en parler davantage... Bref, aujourd'hui, je me suis endurci au point d'être aromantique. Même l'amour n'aura donc pas raison de moi, maintenant.

Je suis une Manakete sage, sagace et assidue à qui l'on demande beaucoup de conseils une fois que l'on apprend un peu à me "connaître". Les relations ne m'ont jamais vraiment réussies, je n'ai actuellement qu'un ami, un forgeron trentenaire un peu simplet mais réellement doté d'un bon fond. J'assume d'ailleurs totalement ce que je suis. En effet, rien ne doit m'atteindre, et je dois aussi faire la distinction entre mes responsabilités et moi-même. Mon devoir de Daimyo doit passer en priorité sur tout, c'est pour cela que je me fiche totalement de ce que les autres pensent. Je leur donne même raison : je suis un être froid, inexpressif, au regard dur. Je dirige ma province d'une main de fer, avec sévérité mais justice.

Je suis crainte quel que soit le pays : mes ennemis craignent "Akame sur le champ de bataille" tandis que mes alliés, en particulier mes soldats, craignent "Général Akame qu'il ne faut surtout pas offenser". En effet, le premier qui discute son devoir sans vraie raison valable pourra tester mon poing afin de voir si ce dernier parvient à le convaincre de se bouger. Je terrifie donc tout le monde mais peu m'importe. Aussi, je fais peur à cause de la différence entre mon physique frêle et ma puissance cachée. Les gens ne comprennent heureusement pas l'origine de mes capacités surhumaines.

J'excelle en stratégie défensive, pas autant qu'un vrai stratège au sens littéral du terme, mais je saurai bien gérer les défenses et la sécurité de ma province en cas d'attaque ennemie. En dehors des ordres que je donne, je suis réservée et silencieuse. Je ne me dévoile à personne, c'est trop dangereux. En d'autres circonstances, j'aurais pu être plus émotive... Mais mon ardeur ressort toutefois en combat. J'ai eu beaucoup de mal à me passer de ma forme draconique au début mais avec les siècles il a bien fallu que j'apprenne à combattre en forme humaine. Et je ne le regrette pas : voyez comme on me redoute alors que je ne me bats qu'à mains nues, à l'aide des arts martiaux !

Même si j'exècre originellement la solitude et le renfermement comme cela, les innombrables années que j'ai vécues m'ont permis de me forcer à m'y habituer et, sans aller jusqu'à dire que j'y suis à l'aise, j'arrive au moins à le supporter. Je n'étais pas comme cela autrefois, mais les gens changent, vous savez. Je ne suis pas plus aigrie qu'une autre Manakete, et puis la douceur ne m'aiderait pas à honorer ma position de Daimyo d'Hoshido.

Histoire

Après 1376 ans passés à vivre en ce monde, je suppose que l'on peut considérer sans trop de doutes que j'ai longtemps vécu et que j'ai une certaine expérience de la vie. Appelez-moi... Akame. Je suis de la race des Manaketes, des êtres humanoïdes pouvant se transformer en dragons pour combattre. Je suis un cas extrêmement rare d'hybride : je suis un dragon rose, né de l'union d'un blanc et d'une rouge. Je me souviens d'ailleurs partiellement de mon père. Il s'appelle Cipherian, je crois, et a disparu il y a un bon bout de temps, lui aussi. Avant d'être l'unique Daimyo de Suzanoh, je suis partie de bien loin. Mais mes 1300 premières années ne seront pas intéressantes à raconter, du moins en rapport avec la situation mondiale actuelle. Le plus grand déclic de ma vie, celle qui changea entièrement mon quotidien et finit par me placer où je suis maintenant, se produisit il y a de cela cinquante ans. Je vous avouerai que je ne me souviens plus de comment ni pourquoi, mais je m'étais faite un jour capturer par des bandits. Ils étaient des marchands d'esclaves. Franchement, les humains sont très attristants. Tomber dans de telles atrocités... En faisant ça, le plus souvent, à leurs compères... C'est tout bonnement incompréhensible ! Ou du moins, la compréhension de cette pratique n'était pas à ma portée.

Je me réveillai alors le lendemain et vis, dès l'ouverture de mes yeux, des barreaux. Comme dans une cage. J'étais enchaînée - j'ai d'ailleurs gardé mes chaînes mais c'est une autre histoire - et il y avait aussi d'autres êtres humains avec moi. Je me rappelai alors que j'étais affamée et très vulnérable à cause de cela, comme mes "compagnons" de voyage d'ailleurs. Quel atroce spectacle... Ils étaient comme "déshumanisés"... Qu'est-ce qui a traversé l'esprit de l'inventeur de l'esclavagisme au moment où il en a eu l'idée ? Cette méthode pour acquérir de la main d'oeuvre m'a toujours semblé honteuse... Le pire, c'est qu'elle est efficace pour les maîtres puisqu'ils changent d'esclaves comme de vêtements, vus leurs moyens ce n'était pas grave pour eux de devoir en remplacer un. Alors que je continuais à réfléchir dans mon coin, silencieuse, nous arrivâmes sur un marché d'esclaves. "Nous", oui, car je refuse d'oublier ceux qui étaient là avec moi et ont sûrement vécu des choses atroces avant et/ou par la suite. Malgré ma froideur et mon regard dur, je restai docile en écoutant leurs ordres de "positionnement". Vous vous doutez qu'avec mon apparence, j'étais avec les personnes âgées, les malades et les jeunes enfants, sans oublier les autres femmes. S'ils savaient que je pourrais aisément les battre à main nues... Mais je n'osais rien tenter, car dans mon état actuel ils pourraient facilement me rattraper.

Nous étions dans le désert d'Hoshido, sur un marché, et surtout sous un soleil qui tapait incroyablement fort. Heureusement, j'ai toujours été habillée de manière très pauvre et donc très légère. Toutefois, ma faim et ma fatigue, auxquelles était en train de se rajouter une certaine soif, se faisaient de plus en plus sentir et cela était très visible. Certains me regardaient avec des yeux très... Étranges, je ne préfère pas imaginer ce à quoi ils pensaient, cela choquerait beaucoup de jeunes enfants. D'autres semblaient intéressés malgré ma vulnérabilité, peut-être se disaient-ils qu'une fois en forme je serais efficace. Il y en avait aussi qui étaient très sceptiques. En d'autres termes, de tout. Après ce qui me sembla durer une éternité, ainsi que des séparations parents-enfants et conjoint-conjointe très tragiques, un homme dédaigna enfin me choisir. Je n'avais aucune idée de son âge approximatif, cela m'était égal. Il m'examina, souleva discrètement ma chevelure qui cachait mes oreilles... Puis finit par comprendre que je n'étais pas "une simple esclave toute faible". Il voyait bien que je n'étais pas humaine. Vous constaterez plus tard qu'il ne se doutait pas que j'étais une Manakete, mais quand même !

Après m'avoir acheté pour une modique somme - forcément, vu la tête que je tirais-, mon nouveau maître se mit en chemin avec moi, toujours attachée, vers sa demeure. Une fois arrivés chez lui, dans la province de Suzanoh, il me détacha de mes chaînes. Nous fîmes alors de plus amples connaissances. Bien évidemment, prête à m'échapper à la première occasion, je me gardai bien de dévoiler ce que j'étais vraiment. Je m'étais donc improvisé un rôle de jeune fille experte en arts martiaux (car en soi, c'était le cas) qui avait été capturée sans raison alors qu'elle était extrêmement vulnérable. Encore une fois, je n'ai pas vraiment menti à proprement parler. Il me fit donc un excellent repas en guise d'accueil et s'avéra être très charitable dans le traitement de ses domestiques. Il y en avait deux autres avec moi. N'ayant nulle part où aller et en guise de remerciement pour m'avoir remise sur pied, je me décidai à rester un peu avant de m'enfuir. Mes deux "collègues" étaient impressionnés par le talent que j'avais pour exécuter toutes les tâches (mais en même temps, en plus de mille ans, j'ai eu de quoi apprendre). Étrangement, ces trois humains ne me dégoûtaient pas. Malgré la relation "dominant-dominé" il y avait un profond respect pour l'humanité de chacun. Il y avait une relation d'amitié et de proximité entre eux.

Ah, des amis... Je n'avais que 493 ans quand j'en avais eu pour la dernière fois. J'avais bien regretté, d'ailleurs. Pffff, mauvais souvenirs... Toutefois, je sentais en moi l'envie de réessayer, cela me paraissait étrange. Pour m'en dissuader, je me forçais à me rappeler toutes les mauvaises expériences d'amitié et où elles m'avaient menées. Mais là, cela semblait différent. Les humains peuvent donc réellement être sincères ? Remarque, cette fois-là, quand j'avais 600 ans... Peut-être aurais-je dû faire confiance à cette jeune femme... Mais passons, je divague dans des souvenirs trop lointains et inutiles. Je disais donc, je commençais malgré moi à les apprécier à force, et l'on me demandait souvent conseil pour tout et rien. Apparemment, ma sagesse était digne d'éloges, tout autant que ma fougue et mon ardeur quand je me bats aux arts martiaux. On me complimentait aussi souvent sur mon assiduité et ma capacité à exécuter tous les ordres quels que soient les obstacles, malgré une certaine... Rigidité dans mes gestes doublée d'une grande froideur permanente en guise d'expression faciale. J'avais aussi, apparemment, tout le temps l'air légèrement triste derrière mes airs durs. Connaissant le caractère courant des Manaketes rouges et des blancs, j'en déduis que tout cela vient de mon métissage des deux. Toutefois, je me résolvais à faire comme si de rien était. Sauf qu'à force de feindre la sincérité, je me suis prise au jeu sans m'en apercevoir. Je m'étais bel et bien attaché à eux comme à des amis.

Mon maître avait, au moment de m'acheter, environ 30 ans. Dix ans plus tard, il devint le Daimyo de la région et nous dûmes déménager ailleurs dans la province. Sa nouvelle demeure était plus spacieuse et plus agréable. Il avait toutefois conservé sa demeure de base au cas où. Nous, les domestiques, devions donc officier dans sa nouvelle habitation. Nous vivions des jours heureux, maintenant que j'y pense. J'évitais cependant au maximum de trop m'ouvrir.

Un jour, mon maître tomba gravement malade mais n'en fit rien savoir. Il écrivit un testament qu'il avait secrètement donné à un de mes deux collègue. Mon maître, alors âgé de 42 ans, devait prendre part à une escarmouche près de la frontière, je ne me souviens plus exactement pourquoi. Naturellement, je l'avais suivi pour le couvrir, et parce que j'avais un mauvais pressentiment. Au cours de la petite bataille qui eut lieu, alors que je parvenais à retenir quelques soldats et les assommer avec mes arts martiaux (ils étaient à l'article de la mort grâce à la force que me procurait mon sang), à tel point que la plupart auraient trop de fractures pour recombattre un jour. C'était bien beau tout cela, sauf que mon maître se fit, à la toute fin, transpercer par une flèche. L'archer qui l'avait tiré mourut juste après, transpercé par la lance d'un Hoshidien. J'avais baissé ma garde, pensant que tout irait bien, et n'avait pas anticipé une telle chose. Alors que mon maître allait s'écrouler au sol, je fis un bond pour le rattraper. Il était évident que tout était terminé pour lui.

"Akame... Avant de mourir, dis-moi... Qui es-tu vraiment ?"

Pfff... Il allait mourir. Ce n'était qu'un être humain comme les autres, et pourtant cela m'importait. Mes compères n'auraient jamais pu comprendre.

"Vous saviez dès le début que je n'étais pas humaine, hein ? Eh bien... Je suis une Manakete âgée de 1338 ans. Oui, cette fameuse race de "Laguz-Dragon". Je suis une Manakete rose, fruit de l'union d'un blanc et d'une rouge. On m'appelle toutefois vraiment Akame. Je suis une artiste martiale experte grâce à mon âge, et aussi mais surtout pour cacher mes origines tout en pouvant me défendre."

J'avais préféré être honnête avec lui, car il allait mourir, de toute façon. Il ne pouvait donc rien faire. J'estimais qu'il méritait de savoir la vérité, après tous les bons traitements auxquels j'ai eu le droit. En plus de 800 ans, c'était la première personne à qui je l'avouais. Mais c'était aussi la première personne depuis... Je ne sais plus quand, à toujours m'avoir bien traité dans la plus grande sincérité. C'était vraiment un grand ami que je perdais, peut-être d'ailleurs le seul véritable ami que j'ai jamais eu. Il s'éteignit alors avec le sourire quand j'eus finis ma phrase. Quelque chose d'étrange se produisit : des gouttes coulaient depuis mes yeux et ruisselaient sur mon visage. Je me sentais triste, alors que j'avais très rarement ressenti une quelconque émotion que ce soit durant toutes ces centaines d'années. La tristesse... L'eau... C'était donc ça qu'on appelait les larmes ? Ces gouttes qui sortent des yeux ? Oui ? Donc pour la première fois depuis mes 493 ans, je versais des larmes.

Quelques jours plus tard, le domestique qui détenait son testament l'avoua et le mit au grand jour. Ce même testament révélait qu'il souhaitait "qu'on donne sa chance à Akame de le succéder en tant que Daimyo, bien qu'il ne soit pas coutume de choisir comme ça directement un successeur". Attendez... Comment !? Moi, Daimyo ? Une position extrêmement compliquée pour moi, qui suis une Manakete, rose qui plus est. Mais il s'agissait de sa dernière volonté... Je pourrais faire un effort. C'est pourquoi j'acceptai qu'on me mette à l'épreuve. Bien évidemment, je n'eus que peu de mal à les réussir. Non pas que je sois l'une des plus puissante ou quoi que ce soit, juste que mon expérience de la vie mêlée à ma force de frappe et mon agilité m'ont toujours permis de réussir tous les challenges auxquels j'étais exposée, et cela ne fit pas exception.

Malheureusement, on refusa. En même temps, cela était trop facile : une ex-esclave d'origine inconnue qui deviendrait Daimyo d'Hoshido juste parce qu'un homme dans la force de l'âge le demandait ? Et puis quoi encore ? Mais bon. Je retournai alors dans ma solitude, et vécus de la chasse et du vagabondage. Je devenais toujours plus expérimentée en arts martiaux. Je m'entraînais quand même plus secrètement à utiliser ma forme draconique, histoire de ne pas perdre la main. Je ne revis jamais mes ex-collègues. Je suivais quand même l'actualité de la province, quant aux Daimyos. C'était quand même ridicule : il changeait assez régulièrement. Soit il mourait bêtement, soit il était incompétent, d'autres encore abandonnaient le poste rapidement ou le refusaient. Cette région n'intéressaient pas forcément les gens et les honnêtes dirigeants se sont toujours rarifiés siècles après siècles, donc rien d'étonnant à cette mascarade qui aurait même pu faire l'objet d'une comédie. Années après années, le poste de Daimyo de Suzanoh finit par avoir une très sale réputation. Les gens l'appelaient le "poste maudit", je vous laisse deviner pourquoi. au bout d'un certain nombres d'années, je me présentai de nouveau pour acquérir cette place. On s'étonnait de l'absence de quelconques traces de vieillesse sur mon corps. Par précaution, on me refit passer les mêmes épreuves d'aptitudes au combat et à la gestion. Étant alors meilleure que la fois précédente, je parvins à terrasser tous mes adversaires et les vétérans locaux confirmèrent que je me battais encore mieux qu'autrefois.

On finit donc par accepter la requête de mon ancien maître, quinze ans après sa mort, en plus il s'agissait d'un homme honorable aux yeux de tous, c'est pourquoi ils acceptèrent la "prise de risque" à défaut d'avoir mieux. Une fois ce poste acquis, je m'équipai de bracelets étranges en acier, ressemblant à des "bracelets d'esclave". Chacun était orné d'une pierre rouge décorative. Cela me permettra de ne jamais oublier que l'humanité n'est pas totalement faite de noirceur. Afin d'être plus objective, c'est quelque chose d'important à retenir. Bien que bon nombre de mes soldats ne reconnaissent aucunement ma légitimité, je dirige maintenant cette province d'une main de fer, mais avec justice, depuis tout ce temps. Mes deux collègues sont morts, aujourd'hui, mais j'ai un autre "ami" désormais. Il m'avait initialement défié parce qu'il voulait affronter tout ce qui bouge. Je l'ai vite remis à sa place, puis ai décidé de l'entraîner. Mes soldats me qualifient de "terrifiante", parce que je ne laisse jamais passer le moindre affront, que je suis inexpressive et froide. J'exécute simplement machinalement mon devoir de Daimyo en l'honneur de mon défunt maître. De plus, je suis redoutable au combat à mains nues. Mais j'ai beau être surhumaine, je ne suis pas tellement plus puissante que beaucoup de combattants en ce monde (HRP : Je fais allusion aux PJ quels qu'ils soient et PNJ importants). Encore une fois, c'est mon expérience qui me permet d'exploiter mes capacités à 100% d'efficacité. Et encore, si je me transformais en dragon...

Je n'ai pas pensé à le dire, mais je me suis attaché à ce pays. J'aime réellement beaucoup Hoshido et ne laisserai personne détruire ce royaume. Les ennemis d'Hoshido sont mes ennemis et je n'hésiterai pas à les tuer. Même si les gens sont tous très loin d'être parfaits ici, car ce sont de simples humains, je veux rendre lui rendre service en défendant sa terre natale. Le souci est que mon apparence de jeune fille n'a jamais changé et que l'on me trouve logiquement très étrange. Les gens ne comprennent en effet pas pourquoi ni comment se fait-il que j'ai une telle longévité et une telle jeunesse d'apparence. On m'appelle d'ailleurs le "Poing éternel" car on raconte que je suis immortelle et que mon simple poing est si puissant que l'on croirait subir celui d'une puissante créature, comme un dragon, par exemple. S'ils savaient...

Derrière le Masque

Pseudo Utilisé sur les Forums (PUF) : Akuro
Âge : 15 ans
Sexe : Masculin
Comment avez-vous connu le forum ? DC d'Ayke
Qu'en pensez-vous ? D'après vous ?



_________________
Merci à Heylina pour un des deux avatars :3
Couleur de texte : #ff66cc
"Les ennemis d'Hoshido doivent périr. Personne d'hostile ne passera par ma province... En vie."


Liens utiles:
 

Akame's Theme :

Battle ! VS Akame :

Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 278
Points de RP : 2147483647
Date d'inscription : 28/04/2017
Race : Dieu
Métier : Maître du Jeu
Terres : Partout et nul part à la fois
Créateur du Monde
Voir le profil de l'utilisateur




Maître du Jeu
Créateur du Monde
Jeu 29 Juin - 12:24
Tu es Validé !

Félicitation, tu es validé !

Re-bienvenue à toi petite Daimyo. Une fiche agréable à lire mêlant Force et Sagesse, je me demande comment réagira ton père en te voyant.

Ton avatar, ta classe, ton métier et ta race ont étés automatiquement recensés. Nous te conseillons d'aller te rendre dans le sous forums des demandes afin de trouver un rp à faire. Il est aussi conseiller de poster une fiche de relation.

Bon rp sur Fire Emblem Fates : Faith !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem Fates : Faith :: Administration :: Parchemins :: Archivés-
Sauter vers: